genevrier-commun-Unami

Le genévrier, des saveurs épicées !

Genévrier Commun - UnamiLe  genre botanique des genévriers, d’origine essentiellement méditerranéenne, comporte un grand nombre d’espèces, dont seulement deux sont comestibles (le genévrier commun et le genévrier cade). Egalement appelé le «poivre du pauvre », le genévrier était déjà connu dans l’Antiquité. Ainsi, pour la toilette de leurs morts, les Romains utilisaient l’huile de cade, obtenue en chauffant du bois de genévrier cade. Par ailleurs, dès l’Antiquité et encore durant le Moyen Âge, le genévrier était considéré comme une panacée. Ses fumigations étaient utilisées pour désinfecter, notamment les rues lors des épidémies de peste et de choléra. Le « vin de genièvre » était également apprécié pour ses vertus diurétiques.

Un arbre résistant, une épice à la saveur rustique

Le genévrier est un arbre très résistant, pouvant vivre longtemps. De haute taille, il peut atteindre les 15 mètres, voire plus pour certaines espèces. Il peut supporter les sols pauvres, même les sols très calcaires, sablonneux et secs, et on le trouve jusqu’à 4 500 m d’altitude. De par leurs feuilles, on distingue deux sortes de genévriers : ceux à feuilles pointues, en aiguilles (par exemple le genévrier commun et le genévrier cade) et ceux à feuilles en écailles (comme le genévrier thurifère).

Le genévrier fleurit en mars-avril et produit aussi des baies vertes (« galbules ») qui virent au bleu, au brun ou au noir à maturité. Elles sont récoltées à l’automne, lorsqu’elles deviennent molles. Les tanins contenus par ces baies offrent une épice qui favorise la digestion des viandes grasses. On l’utilise pour relever la choucroute, les rognons ou le fumet de poisson, ou pour parfumer le vin chaud. Ces baies servent également à l’élaboration de divers alcools, le célèbre alcool de genièvre tout d’abord, très apprécié dans le Nord de la France (le Genièvre Claeyssens à Wambrechies et le Genièvre de Loos), en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne, mais aussi le gin ou l’aquavit.

Les baies, les jeunes pousses mais surtout les cônes du genévrier, préparées en infusion, ont des effets diurétiques, stomachiques et digestifs et ont aussi des effets bénéfiques contre l’asthme, les rhumes, le mal de gorge. Elles peuvent aussi être intéressantes dans les cas de diabète, en baissant les taux de sucre, ainsi que dans les cas de goutte, d’arthrite ou de rhumatisme. Etant données leurs qualités digestives, les baies sont même souvent utilisées de manière préventive, en étant ajoutées aux plats un peu riches afin de faciliter leur digestion.

Néanmoins, un usage excessif du genévrier peut provoquer des troubles rénaux ; il est à éviter en cas de grossesse.

Des boissons alcoolisées… mais pas seulement !

On l’aura compris, le genévrier est généralement synonyme d’une cuisine de terroir généreuse, et d’alcools forts de contrées plutôt nordiques. Néanmoins, on peut aussi profiter de sa saveur particulière et de ses vertus dans de simples et légères infusions, comme notre Jardin extraordinaire, un mélange tonique à consommer sans modération !

JardinExtraordinaire-TF19110

 Avertissement : ces articles sont publiés à titre uniquement informatif et ne peuvent servir de base à une auto-médication. Consultez un professionnel de la santé avant toute utilisation à usage médical d’une des plantes présentées sur ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>