L&I-GyokuroHokari-J100

Le thé, un ami méconnu !

Si vous faites un sondage dans votre entourage de buveurs de thé, chacun de vos interlocuteurs vous dira qu’il connaît le thé, beaucoup citeront un thé aromatisé, quelques uns parleront de thé « nature » en parlant d’un pays producteur, peu vous énuméreront des noms de jardin de thé ! D’où l’oxymore du titre, le thé est un ami méconnu ! Les paragraphes ci-dessous balayent succinctement plusieurs thèmes que nous développons dans d’autres articles : les effets du thé, les principales propriétés, la préparation du thé, le dosage, la température et la qualité de l’eau.

Les effets du thé
Depuis quelques années, une meilleure connaissance du thé permet de mettre en relation les différentes familles de thé et leurs effets. Le thé n’est pas un excitant comme la médecine occidentale l’a longtemps présenté. Selon les familles de thé, l’échelle des effets va, de stimulant comme le thé «noir» (hong cha ou thé rouge en Chine), à des effets relaxants, comme les thés wu long ou thé blanc.
Bien que tous les thés soient diurétiques, c’est le thé wu long qui s’est révélé le plus efficace pour l’élimination d’après des études récentes. Le thé nature stimule le système cardio-vasculaire, la digestion, les fonctions hépatiques, améliore la vue et favorise l’élimination du cholestérol. Une consommation régulière protège des maladies cardio-vasculaires et cérébrales.

Les principales propriétés du thé
Ses propriétés conviennent à tous et à tout âge.
Le thé contient de nombreuses vitamines et des sels minéraux. La catéchine, présente dans le thé, lutte contre les radicaux libres et ralentit le processus du vieillissement (thé vert, thé wu long, thé blanc). Il possède des propriétés anti-oxydantes par l’action des flavanoïdes et une action préventive contre le cancer par une consommation régulière.
La préparation du thé

La qualité de l’eau
«L’eau est la mère du thé» disaient les anciens maîtres de thé chinois. «Un bon thé atteint la perfection lorsqu’il est préparé avec de l’eau de source proche du jardin où il pousse». Le célèbre thé vert chinois Long Jing est toujours associé aux toutes proches «Source creusée par les tigres» et «Puits du Dragon». Certains moyens sont plus adaptés à notre époque, comme certains filtres de type EVA. Vous pouvez aussi utiliser de l’eau de source peu minéralisée. Il est déconseillé d’utiliser des eaux minérales qui alourdissent et déforment le goût.

Lu-Yu-eau-puits-du-dragon

La température de l’eau
Elle dépend également de la nature de l’eau employée. Une eau de source se comportera différemment, et pourra bouillir, comme en Chine ou au Japon, et être utilisée «refroidie». En Occident, n’utilisez pas une eau bouillante mais plutôt frémissante. Respectez les consignes de température qui sont indiquées sur les paquets ; elles varient selon les catégories de thé. Une eau trop chaude peut «brûler» feuilles et bourgeons, les privant de libérer leur arôme. Versez toujours lentement l’eau sur les feuilles pour ne pas les brusquer et selon les circonstances sur les parois du contenant. Vous pouvez également investir dans une bouilloire à réglage de température.

QD641A_2

Le dosage
La règle générale est d’une cuillère à café rase (2g environ) pour une tasse à thé (10 à 15cl environ). Le dosage doit être adapté à la taille des feuilles. Certaines feuilles volumineuses et «légères» demandent un dosage plus fort pour libérer totalement leurs parfums. Leur qualité les destine à supporter plusieurs infusions successives. A l’inverse, les thés en feuilles brisées doivent être dosés avec parcimonie.

Jean-Benoît Bourrel UNAMI Maison et Salon de Thé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>