Archives par mot-clé : Histoire du thé

La Boston Tea Party : la naissance d’un pays !

Les ultra-conservateurs américains ont repris le nom de la Boston Tea Party pour en faire le symbole de leur mouvement. Mais qu’était donc à l’origine cette fameuse Tea Party, qui a laissé une trace si importante dans l’histoire américaine ?

Le thé a connu un rapide succès en Amérique du Nord, devenant le troisième produit le plus importé dans ce qui était encore une jeune colonie. Sur la côte nord-est de l’Amérique, le thé était très populaire depuis les années 1650. En réalité, avant d’être répandu en Angleterre, il y recueillait probablement déjà tous les suffrages des bourgeois hollandais de la Nouvelle-Amsterdam, qui pris le nom de New-York en 1674. Durant les années 1760, l’Amérique importait plus d’un million de livres de thé par an, la plus grande partie passée en contrebande pour éviter les taxes dissuasives imposés par la Couronne. Cela au profit de la puissante Compagnie des Indes Orientales britannique, qui était alors mise à mal en Europe par la concurrence étrangère et cette contrebande, et qui ne pouvait qu’accueillir à bras ouverts de nouveaux marchés où elle aurait les coudées plus franches. La Compagnie a pu écouler  ses surplus en Amérique et faire de juteux bénéfices.

800px-Boston_Tea_Party_Currier_colored

La signature d’un Tea Act lui permit ainsi d’obtenir fermement le monopole de la vente de thé en Amérique. Les événements de la « Boston Tea Party » de décembre 1773 eurent lieu en opposition à cette domination abusive de la Compagnie, et marquèrent dans le même temps le début de la guerre d’indépendance américaine. Des navires anglais furent pris d’assaut durant la nuit par des « patriotes » américains déguisés en indiens, et les caisses de thé stockées sur les bateaux furent rejetées en mer. La même action fut reproduite dans d’autres ports américains, provoquant de rapides représailles de la part de la couronne britannique. Dans la réalité, ils semble que ces actes de rébellion n’aient pas été si massifs que la légende le raconte, mais ils sont néanmoins devenus un symbole de la libération américaine du royaume britannique et donc de la naissance des Etats-Unis d’Amérique.

 

Catherine de Bragança, the tea drinking Queen ?

anglais-the-catherine-de-bragance

Catarina de Bragança, Princesse du Portugal, épousa Charles II d’Angleterre en 1662 pour favoriser l’indépendance du Portugal vis à vis de l’Espagne. Il est très probable que ce soit elle qui ait introduit le thé, Chà en portugais, à la cour d’Angleterre, car il était déjà consommé à la Cour portugaise.

Shocking ! Mais historique ! Dans sa dot de mariage, l’infante a apporté à l’Angleterre deux colonies portugaises  qui jouèrent un rôle important par la suite dans le commerce du thé par les anglais, la ville indienne de Bombay, et celle de Tanger ; l’accord de mariage stipulait encore qu’au cas où les Portugais réussissaient à reprendre l’île de Ceylan aux Hollandais, ils devraient partager avec l’Angleterre le traitement de la cannelle.

A l’occasion d’un anniversaire de la Reine, Edmond Waller, historiographe de la Cour, signa ce poème :

Du thé, préconisé par sa Majesté
Venus a sa myrte, Phoebus ses lauriers.
Le Thé qu’Elle entreprend de louer les deux surmonte,
la meilleure des Reines et la meilleure des herbes nous les devons
à l’intrépide Nation* qui ouvrit le chemin du plaisant Pays
du Soleil Levant, dont nous apprécions les riches produits.
Le Thé, ami des muses, en chassant les vapeurs
qui emplissent nos esprits, assiste notre imagination
et maintient ce Palais de l’âme en quiétude sereine,
à même de saluer, en son anniversaire, la Reine.