Archives par mot-clé : kenji kawakami

Les chindogu, des objets farfelus à découvrir au Palais de Tokyo

4580292_6_a8d7_2015-02-16-f2146c5-8532-1j6yqb_51b62abf1eff3dae3737cb8a144606d4
© KENJI KAWAKAMI

Le Palais de Tokyo à Paris s’interroge sur la possibilité de créer des oeuvres « qui ne soient pas  d’art ». Son exposition Le Bord des mondes propose ainsi un voyage entre art et invention, au-delà de la définition traditionnelle de l’art. Parmi les invités de cette exposition, on compte KAWAKAMI Kenji (1946), inventeur japonais à qui l’on doit les chindôgu, des objets à la fois pratiques et absurdes, « presque inutiles » tant ils créent de nouvelles complications en étant pourtant supposés apporter des solutions. Baguettes équipées d’un ventilateur pour refroidir les nouilles, chaussons munis d’une balayette et d’un ramasse-poussière, dévidoir à mouchoirs en papier à porter sur la tête, sèche-cheveux portatif…ces objets farfelus sont pensés en réponse aux petites difficultés pratiques du quotidien, mais révèlent derrière leur apparente drôlerie une réflexion sur le matérialisme de nos sociétés. Chaque objet créé doit suivre les « dix commandements » du chindôgu, « affirmer la liberté et la jouissance d’être inutile, être compréhensible universellement et constituer une forme de communication non-verbale ». Un chindôgu ne peut être déposé, breveté ou vendu, il ne peut même pas être possédé, un pied de nez encore une fois à la surconsommation qui caractérise le Japon et les autres pays industrialisés.

Une exposition à voir jusqu’au 17 mai 2015 au Palais de Tokyo

http://www.palaisdetokyo.com/en/exhibition/kenji-kawakami

Pour découvrir plus de chindôgu

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2015/02/20/les-objets-improbables-et-delirants-de-kenji-kawakami-au-palais-de-tokyo_4580304_1655012.html