Archives par mot-clé : la sauge

La sauge, échangée contre du thé !

Les sauges, car il en existe de nombreuses espèces, sont des plantes de la famille des Lamiacées. Certaines ont d’importantes propriétés bénéfiques pour la santé. La sauge est d’ailleurs souvent associée aux notions d’immortalité et de longévité, et était considérée au Moyen Âge comme une panacée. D’ailleurs le nom romain de la sauge, salvia, vient du verbe salvarer, qui signifie sauver. Deux espèces en particulier étaient utilisées pour la préparation d’infusions et de décoctions, la sauge sclarée (Salvia sclarea) et la sauge officinale (Salvia officinalis).

Outre ses nombreuses et puissantes propriétés, la sauge est aussi appréciée tout simplement pour sa saveur, légèrement amère et camphrée, et est donc utilisée comme herbe aromatique. Par contre, certaines espèces de sauge sont purement ornementales.

Echangée contre du thé par les Chinois !

Un diction provençal dit que : Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin d’un médecin

BelleDeJour
La tonique Belle de Jour contient de la Sauge

La sauge figure apparemment parmi les plus anciennes plantes cultivées. Utilisée jusqu’en Asie, elle était tellement estimée des Chinois que ces derniers n’hésitaient pas à échanger de précieux thés contre des feuilles de sauge ! Les Grecs, les Romains et les Arabes l’employaient comme tonique et en compresse contre les morsures de serpent.

Les Mayas et les Aztèques ont cultivé une variété locale, le chia (Salvia hispanica), qui a donné son nom à l’État mexicain du Chiapas ; les graines de chia constituaient alors la troisième source alimentaire végétale, après le maïs et le blé. Le chia a cependant ensuite presque disparu de la culture, pour ne subsister qu’à l’état sauvage ; ceci pour des raisons politiques et religieuses, la graine servant de monnaie d’échange et dans les offrandes rituelles. On redécouvre néanmoins aujourd’hui sa richesse nutritionnelle. Pouvant être consommée comme le riz ou la semoule, la graine de chia regorge en effet d’acides gras polyinsaturés, dont plus de 60 % d’oméga-3, tout en étant pratiquement dénuée de composés toxiques. La production de chia connaît donc un nouveau souffle en Amérique centrale et dans le sud des États-Unis.

Une plante fétiche des chamanes et des médecins traditionnels

Certaines espèces de sauges, en particulier la sauge « divinatoire », connue localement sous des noms divers (hojas de la pastora, yerba de María), possèdent des propriétés hallucinogènes, et sont d’ailleurs encore employées comme psychotropes, ou lors de rites chamaniques, dans certaines tribus indiennes d’Amérique. Certains groupes d’Amérindiens mélangeaient aussi la sauge avec de la graisse d’ours pour guérir leurs problèmes de peau. La sauge permettrait également de traiter les verrues.

Au XVIe siècle, le botaniste Jacob Tabernae-Montanus décrivait l’usage fait de la plante par les femmes égyptiennes, qui avaient l’habitude de boire du jus de sauge pour accroître leur fertilité. D’ailleurs, la sauge est encore recommandée pour son action sur le système hormonal féminin, qu’elle aide à réguler. Elle calmerait les maux liés au syndrome pré-menstruel et permettrait un sevrage sans douleur pour les mamans allaitantes, en apaisant les montées de lait.

Au XVIIIe siècle, on roulait les feuilles de sauge comme des cigarettes. Les asthmatiques fumaient ainsi de la sauge dès l’apparition des pollens printaniers. Louis XIV lui-même avait fait de la sauge sa tisane  favorite.

Parmi les nombreuses autres propriétés de la sauge, on peut évoquer ses actions antiseptique, antispasmodique, calmante, antisudorale (les formules déodorantes de cosmétique naturelle intègrent d’ailleurs souvent de la sauge), apéritive, bactéricide, digestive et anti-ballonnements, expectorante, énergétique, laxative… C’est également un fluidifiant sanguin et un diurétique léger. Elle aurait aussi des atouts anti-âge, notamment pour garder une bonne mémoire. Et elle est souvent préconisée contre les bouffées de chaleur, donc une amie à adopter à la ménopause  !

Serenite
La calmante Sérénité contient de la sauge

Avertissement : ces articles sont publiés à titre uniquement informatif et ne peuvent servir de base à une auto-médication. Consultez un professionnel de la santé avant toute utilisation à usage médical d’une des plantes présentées sur ce site.