4580292_6_a8d7_2015-02-16-f2146c5-8532-1j6yqb_51b62abf1eff3dae3737cb8a144606d4

Du thé pour bien digérer ?

Comment bien digérer ? la médecine asiatique attribue traditionnellement au thé un rôle efficace dans la digestion, que semblent confirmer les recherches scientifiques. Voilà donc une bonne raison supplémentaire de terminer son repas par un thé.

On connaissait d’ailleurs déjà depuis longtemps en Europe les propriétés digestives de certaines infusions (camomille, thym, sauge, menthe, verveine, anis étoilé…), il semble donc qu’on puisse désormais ajouter le thé à l’éventail des choix possibles. Mais quel thé choisir ?

Le thé wulong (oolong), partiellement oxydé, est réputé en Chine pour ses propriétés digestives et a en outre l’avantage d’être moins riche en théine que le thé vert. Il est donc souvent offert au cours du repas. Il a en outre des propriétés antiseptiques légères.

On retrouve des qualités assez proches chez le hôjicha japonais, un thé vert grillé, ce qui diminue son taux de théine et le rend accessible à tous et consommable le soir sans risque de difficulté d’endormissement. Les restaurants japonais ont pour coutume de l’offrir en fin de repas à leurs clients ; il sera parfois remplacé par un sobacha (infusion de sarrasin grillé) dans les restaurants de nouilles soba, le sobacha pouvant aussi être un allié efficace de la digestion, car le sarrasin est notamment réputé  pour renforcer le système digestif, le métabolisme des liquides de l’organisme, réduire la diarrhée… Il connait aussi une vogue actuellement car il est dénué de gluten, mais attention de vérifier que les soba sont 100% sarrasin, elles peuvent parfois être constituées de mélange sarrasin-blé.

sobacha-the-de-sarrasin

Nous ne pouvons pas aborder le sujet des repas sans parler du Pu’Er 普洱l, le fameux représentant des thés sombres Chinois (appelés thés noirs heicha 黑茶 par les Chinois) qui est produit dans le sud de la province chinoise du Yunnan.  Il existe toutes sortes de Pu’er dont la matière première provient de théiers en culture ou bien cueillis sur des arbres « sauvages », en vrac ou compressés en galette,  brique, nid, coloquinte, … muris lentement au cours d’un long processus de maturation naturelle, ou post-fermentés artificiellement comme on le ferait pour un compost. Les Chinois aiment bien manger et bien boire dans des banquets, souvent interminables qui se terminent par l’absorption de Pu’Er… Selon la médecine traditionnelle chinoise, il faciliterait le métabolisme des graisses et dissiperait les vapeurs de l’alcool … donc faciliterait la digestion !

Brique de Pu’er

Enfin, il est intéressant de savoir que le fait de boire du thé vert après les repas réduit les risques d’empoisonnement alimentaire d’origine bactérienne, de caries dentaires et de gingivite. Cela permet également de lutter contre l’halitose (mauvaise haleine). Enfin, le thé diminue l’absorption du fer contenue dans les végétaux (effet chélateur) ; les personnes végétariennes, qui ne consomment que ce type de fer, les personnes anémiées et les femmes enceintes doivent ainsi demeurer vigilantes et éviter de consommer le thé en même temps que le repas.

Valérie Douniaux  et Jean-Benoît Bourrel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>