OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Thé dans la Médecine Traditionnelle

La médecine traditionnelle d’origine chinoise, dit kampô ou kanpô, connait encore de beaux jours au Japon et est encore scrupuleusement suivie par de nombreux Japonais, même si les drugstores vendant des médicaments à l’occidentale et les cliniques de médecine moderne ont envahi les villes. Importée dans l’archipel à partir du VIIe siècle, la science médicinale chinoise s’y est implantée fermement, et a connu un développement particulier, mettant l’accent sur l’usage des plantes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une médecine vegan

Le nom kampô pourrait être traduit par  » méthode chinoise « , et le terme a été défini à la fin de l’époque Edo, afin de démarquer clairement cette approche médicinale de la médecine occidentale, dite rampō (littéralement  » médecine hollandaise « , les Hollandais étant alors les seuls Européens autorisés à commercer et résider au Japon).

Très contrôlée, obéissant à des règles strictes et  » approuvée  » par le Ministère japonais de la santé qui rembourse certains de ses produits, la médecine kampô a toujours la confiance de bien des Japonais, qui se tournent vers elle pour trouver des solutions de fonds à leurs soucis de santé, ou par méfiance envers les composés chimiques et industriels de la pharmacopée occidentale. A une époque où la cruauté envers les animaux et le végétarisme gagnent de plus en plus de terrain dans le monde, le kampô peut également se vanter d’être naturellement vegan,  n’incorporant aucun composant d’origine animale, à la différence de sa grande soeur la médecine traditionnelle chinoise.

DSC00840

Le thé, un médicament qui traverse les siècles

Les feuilles de Camellia Sinensis font partie de la liste officielle des plantes autorisées officiellement dans le kampô. Il faut dire que, dès l’origine, les propriétés santé du thé ont été connues. Eisai (1141-1215), le moine à qui l’on doit l’implantation durable du thé au Japon, a d’ailleurs vanté ces vertus dans un traité au nom révélateur, le Kissa Yôjôki (traité sur les effets de la consommation de thé pour la santé). Eisai, tirant probablement ses sources de ses années d’études en Chine, considérait tout bonnement le thé comme un véritable  » élixir de vie  » aux nombreuses vertus, notamment pour le coeur.

Cette confiance dans les propriétés bénéfiques du thé pour la santé ne s’est pas démenti avec les siècles, et des chercheurs de la région de Shizuoka, la plus grosse productrice de thé au Japon, se penchent sur l’action favorable du thé dans les traitements de maladies diverses, en particulier du cancer de l’estomac, la région étant la moins touchée par ce qui est la forme la plus répandue de cancer au Japon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Loin d’être uniquement une boisson détente, le thé joue donc au Japon divers rôles, tous d’importance, même si les jeunes Japonais ont malheureusement tendance à l’oublier. Boisson spirituelle, profondément liée au chanoyu et au zen, le thé est aussi un compagnon santé à l’efficacité prouvée. Nul doute que les résultats des recherches actuelles ne feront que continuer à confirmer les intuitions des maîtres anciens de la Chine et du Japon et prouver encore et encore tout l’intérêt de consommer du thé !

La sélection des thés Japonais d’UNAMI

Valérie Douniaux pour UNAMI Maison de Thé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>